Marre des arnaques par e-mail ?

Qui n’a jamais été la proie d’arnaqueurs prêts à tout pour vous soutirer des informations personnelles ainsi que de l’argent, ou submergé par des envois publicitaires intempestifs? En Belgique, 10 % des plaintes reçues par le SPF Économie ont pour sujet ce type de problèmes.


Don d’argent imaginaire, confirmation de votre adresse e-mail fictive, renvoi vers un faux compte PayPal ou Facebook pour réinitialiser votre mot de passe, demande de numéro de carte de crédit, appel au secours: nombreux sont ceux qui ont reçu ce type d’e-mails, et il faut vous en méfier !

J’ai moi-même déjà été berné en lisant mes courriels via mon smartphone. Il m’était demandé de changer mon mot de passe car celui-ci n’était soi-disant pas assez sécurisé ou pour éviter une suspension de mon compte Outlook. Et comme tout le monde, j’ai reçu de faux virements via e-mail vers mon compte PayPal.

Sur mobile, il est plus compliqué de vérifier l’adresse e-mail du destinataire et le lien de la page de redirection lorsque l’on vous demande de changer votre mot de passe. Et c’est ce qui m’est arrivé. J’ai reçu un e-mail de la part d’une personne se faisant passer pour « Facebook ». Le message me paraissait provenir du réseau social. Il semblait sérieux, cohérent, sans fautes d’orthographe et sur le moment, je n’ai pas procédé à une vérification plus poussée…

J’ai donc cliqué sur le lien, qui me redirigea vers une fausse page d’accueil de Facebook. Etant sur mon smartphone, je n’ai pas eu le réflexe de vérifier l’URL du site web, car le site me semblait être le Facebook officiel. Il n’en était rien. Une fois mes informations complétées, j’ai ensuite pu remarquer certaines fautes d’orthographes sur la page de confirmation de mes données.

A ce moment, je compris que je venais de me faire avoir, moi qui fais si attention à ce genre de choses… Hum. Sans perdre une seule seconde, je me suis immédiatement rendu dans l’administration Facebook afin de changer mon mot de passe.

J’ai ainsi été victime d’un « hoax », courrier électronique contenant une fausse information. Ce type d’e-mail tente de vous convaincre de réaliser une action apparemment bonne pour vous, mais qui ne l’est pas du tout. Rien de tel qu’une expérience de ce genre pour être plus vigilant. Mais épargnez-vous cela, vous risqueriez de vous en mordre les doigts !

Même s’il est très facile de remarquer la supercherie, soyez vigilant, car les arnaques sont de plus en plus élaborées, il n’y a qu’à voir Face2Face, le logiciel qui fait dire n’importe quoi à n’importe qui (non, rien à voir avec Rémy Gaillard, pour ceux qui connaissent…). Des chercheurs d’une université allemande ont conçu un programme qui applique les mouvements du visage d’une personne à celui d’un autre. Autrement dit, si vous vous placez devant le dispositif de capture (qui se résume à une simple caméra), vos grimaces deviennent celles de n’importe quel individu présent dans une vidéo.

Fonctionnement du logiciel de montage vidéo Face2Face, permettant de modifier les expressions faciales en direct

Si vous rencontrez ce type de situation, et que vous avez été lésé, sachez que vous pouvez porter plainte au SPF Économie via le site pointdecontact.be. Ce portail, ouvert depuis plus d’un mois, a reçu environ 2.000 plaintes depuis son ouverture. Une sur 10 concerne justement les e-mails frauduleux.

Une fois le litige signalé, le service public fédéral (SPF) tentera de résoudre votre problème. « Lorsque les victimes nous en informent, nous leur fournissons immédiatement des conseils pour lutter contre ce type d’appels ou d’e-mails », précise Chantal De Pauw, porte-parole du SPF.

Malgré tout, la meilleure recommandation pour éviter tout souci est relativement simple : ne donnez pas suite à l’e-mail et détruisez-le directement. Si toutefois vous hésitez quant à l’authenticité du mail et/ou de son destinataire, vérifiez :

L’adresse mail du destinataire
L’orthographe
La mise en page
Le logo de l’entreprise
Le lien présent dans le mail, et si l’url du site correspond à l’identité du destinataire prétendu

Autre problème souvent signalé sur le site du SPF : la fraude lors d’un achat sur Internet (8,3 % du total des plaintes). « Il s’agit principalement de cas de non-livraison de produits après un achat en ligne », note le SPF.

Même si cela arrive de moins en moins, soyez donc très vigilant lorsque vous achetez en ligne. Pour se faire, il existe plusieurs astuces afin de vérifier si un site e-commerce est authentique. Surveillez les éléments suivants:

Prix improbables sur les fiches produits
• Vérifiez la présence de mentions légales sur le site e-commerce
• Vérifier la sécurisation du site, s’il est en HTTPS
Boutique facilement joignable, SAV aux abonnés absents ?
• Présence de Labels de qualité
• Présence d’avis clients
Mise en page facétieuse
Fautes d’orthographes
• …

Si vous vous êtes fait escroquer, sachez néanmoins qu’il est indispensable de porter plainte auprès des services de police, même si vous avez adressé une réclamation via le site pointdecontact.beIls sont les seuls à pouvoir vous aider à récupérer votre argent.