Des boutiques physiques pour Amazon?

Amazon ne prévoit pas de déployer 300 à 400 librairies physiques, mais d’autres types de boutiques qui réinventeraient l’expérience de ses clients.

Selon certaines sources, dont Sandeep Mathrani, gestionnaire responsable des centres commerciaux General Growth Proporties, Amazon prévoyait d’ouvrir près de 350 librairies physiques aux USA.

Après une première ouverture d’un magasin physique à Seattle en novembre dernier, les américains ont directement pris d’assaut l’échoppe. Alors que le géant de l’e-commerce s’est attelé à détruire le monde des librairies physiques, on aurait pu croire qu’Amazon se bâtisse un nouvel empire, dans une activité qu’il avait contribué à détruire chez les autres.

Cependant, le responsable Mathrani a rétorqué que les « e-shops ne reflétaient pas les projets d’Amazon ». Le site d’actualités technologiques américain Techcrunch affirme qu’une source proche d’Amazon insisterait sur le fait qu’aucune chaîne de librairies ne serait prévue dans le futur…

Pourtant, des boutiques de distribution physique D’Amazon existent déjà aux USA. Selon le site Re/code, le créateur du Kindle, Steve Kessel, qui s’était déjà occupé du lancement du Kindle, doit maintenant revoir la stratégie retail d’Amazon et a pour mission principale de créer les boutiques physiques du futur.

Une offre d’emploi d’Amazon propose à une personne de gérer en tant qu’adjoint un magasin Books de la firme en Californie ou à San Diego. Malgré la non confirmation d’Amazon, d’autres librairies seraient donc bien prévues.

En plus de ces librairies et selon des sources de Re/code, l’e-commerçant projette d’ouvrir aussi d’autres types de boutiques. Les marchandises vendues et la façon dont elles le seront ne sont pas encore déterminées, mais Kassel et son équipe travaillent afin de proposer une nouvelle expérience à ses clients, qui sera aussi bien adaptée pour le site d’Amazon que pour les futures boutiques du futur…

Suite à une idée de Steve Kassel qui a vu le jour il y a un an, Amazon prévoirait de donner la possibilité au visiteur d’acheter un produit en magasin physique et de le payer de façon automatique sur son compte Amazon lorsqu’il sort de la boutique, sans de voir passer à caisse. Des études sont en cours pour rendre possible un scan des personnes sortant des boutiques pour les identifier eux et leurs produits.

Même s’ils ne veulent pas que l’affaire s’ébruite, le géant de l’e-commerce est en pleine phase de test, c’est indéniable. Pour le moment, ils n’ont que la librairie à Seattle, quelques points de retrait dans certaines universités sur le territoire américain et des boutiques physiques dans deux ou trois centres commerciaux. Nous en saurons plus dans les prochains mois.